LE YOGA

    Le Yoga, en Inde, n’est pas une religion mais un art de vivre, une pratique de salut, qui connaît depuis quelques décennies une très grande diffusion dans nos pays d’Occident.
    Des découvertes faites sur les sites dravidiens de la vallée de l’Indus font remonter le Yoga 2000 ans avant J.Ch.
    Mais si l’on en croit le commentateur indien Brahmananda de la Hatha-Yoga Pradipika, un des plus célèbres textes techniques du Yoga, c’est le dieu Shiva enseignant à son épouse Parvati, et s’apercevant qu’un poisson avait suivi son enseignement, qui fit de lui le premier maître de Yoga connu sous le nom de Matsyendra (le roi des poissons) avec pour mission d’aller enseigner aux humains. Le Yoga nous viendrait donc (selon la mythologie) du divin et de la mer.
    Le Yoga affranchit l’adepte des contraintes karmiques pour mieux le libérer. Il répond à un besoin d’évolution chez l’homme et celle-ci commence par la réunification du mental et du corps. La limitation matérielle n’existe qu’à cause de l’ignorance dans laquelle l’homme se maintient. Lorsqu’il fait l’expérience de la dimension spirituelle de son existence, il habite plus harmonieusement un quotidien tendu et conflictuel.
    Yoga, est un terme sanskrit qui dérive de la racine YUJ qui a au moins trois sens : union, contrôle, intégration. Le mot Yoga est utilisé dans deux sens différents : l’un concerne le but ultime de la vie, l’autre désigne les méthodes qui mènent à ce but.
    Le Yoga permet d’acquérir plus de conscience et de liberté intérieure, de connaissance (“connais-toi toi-même”) et de maîtrise de soi.
    Les techniques et pratiques sont nombreuses, on les classe généralement en quatre grandes catégories, selon qu’elles concernent la vie corporelle (Hatha-Yoga), l’affectivité (Bhakti Yoga), l’activité intellectuelle (Jnana-Yoga), et l’action désintéressée (Karma Yoga).
    Les méthodes élaborées au cours des siècles par les maîtres (Guru) se réfèrent presque toutes au “Yoga classique” tel qu’il a été codifié par Patanjali dans son célèbre traité le “Yoga-Sutra” ou Ashtanga Yoga, (II siècle avant J.Ch. ou III ou V siècle de notre ère). Les techniques d’ascèse et de méditation dont l’ancienneté est considérable avaient été mises à l’épreuve bien des siècles avant lui.
    Le “Yoga Sutra” prescrit un cheminement en huit étapes :
- Yama et Niyama : règles de contrôle et de discipline, c’est l’observance d’attitudes considérées comme des vertus sociales vis à vis de soi et de son environnement.
- Asana : ensemble des postures qui permettent la stabilisation du corps et du mental, pratique par nature psychosomatique.
- Pranayama : exercices permettant le contrôle de la respiration, de l’activité mentale et conduisant à la concentration.
- Puis Pratyahara, Dharana, Dhyana, Samadhi : retrait des sens, concentration, méditation, état de suprême conscience dans laquelle le méditant s’unit à l’objet de sa contemplation.
    Patanjali y décrit un processus de “connaissance de soi” conduisant à la prise de conscience de la liberté illimitée dont jouit l’esprit humain. Une démarche théiste n’est pas pour autant nécessaire même si les yogi “dévotionnels” en Inde, et très nombreux, définissent leurs efforts comme une recherche de l’union avec le dieu de leur religion.
    Différentes écoles proposent des pratiques adaptées à l’esprit occidental tout en restant fidèles au processus de “connaissance de soi” indiqué par Patanjali.
    Le Yoga est typiquement d’origine indienne mais il existe des techniques issues d’autres traditions qui peuvent être considérées comme des Yoga (Yoga Irano-Egyptien, Tibétain par exemple).

LE HATHA-YOGA

“Pratiquer le Hatha-Yoga, c’est apprendre à mieux habiter son corps et son esprit. Depuis l’enfance, nous apprenons tout ce qui est extérieur à l’être humain, et le Hatha-Yoga nous apprend à découvrir, de façon expérimentale, l’intérieur de notre propre être”.

Ha soleil - Tha lune ou l’union des contraires

    Le Hatha-Yoga est un moyen de purification qui permet d’équilibrer l’énergie de notre corps à partir des postures (asana), du contrôle du souffle (pranayama), de la concentration (dharana) et de la méditation (Dhyana).
    Le Hatha-Yoga, nous amène, par une pratique régulière et complète vers un mieux être non seulement physique mais aussi mental et progressivement vers une sensibilisation aux différents plans qui sont le propre de la nature humaine, c’est-à-dire du plus dense au plus subtil (spirituel).
    Son aspect extérieur (asana) le fait considérer comme une gymnastique spéciale alors qu’il repose sur une loi précise d’absence de séparation entre le corps et l’esprit qui ont en commun l’activité du souffle (prâna, énergie vitale) et qui soutient le vivant.
    Dans le Hatha-Yoga (ou Yoga de l’effort), il y a intervention de la volonté mais qui est volonté non agressive. Il est d’ailleurs souvent question pendant la séance de “doser l’effort”, c’est à dire d’adapter l’effort aux aptitudes de chacun et du moment.
    Selon les textes traditionnels, le Hatha-Yoga proposerait 88 000 postures !
    Le Hatha-Yoga n’est ni une seule technique de relaxation, ni une seule technique de travail corporel et d’étirement, il est les deux à la fois. C’est aussi un ensemble de règles de vie.
    Deux catégories de personnes peuvent choisir de pratiquer cette discipline :
    - Celles qui désirent suivre un chemin d’éveil spirituel, celles qui veulent simplement en recueillir les bienfaits physiques et mentaux.
    Pratiqué régulièrement, le Hatha-Yoga améliore effectivement les fonctions vitales de l’organisme et stabilise le mental.
    Le temps de pratique vise à obtenir une détente totale ; temps de silence, d’immobilité dans un monde ou l’hypersollicitation du physique et du mental finit par nuire. Lorsque le mental est calme, le pratiquant découvre en lui de nouvelles ressources, une créativité lui permettant de résoudre les conflits intérieurs et extérieurs.

ASANA
    La posture corporelle “stable et agréable” selon Patanjali donne au corps fermeté et santé. Certaines postures sont simples, d’autres complexes. Elles nécessitent toutes une préparation.
    Elle sont prises avec aisance (sans forcer) et calme dans une ambiance de détente sur le rythme du souffle, et agissent sur tout ou partie du corps. Entre chaque asana, le corps se repose, se relaxe. C’est le moment favorable pour accueillir les sensations corporelles, et continuer à profiter des bienfaits de la posture.

    “Avant la posture, c’est déjà la posture, après la posture, c’est encore la posture”.

    Dans un mouvement continu, souple et lent, le pratiquant passe à l’asana suivante. La posture ne doit pas être expérimentée dans un souci de perfection extérieure quant à l’image générale que doit donner le corps. Yogasana, permet de se percevoir en profondeur, de se réharmoniser ; c’est une pratique fondée sur l’expérience et l’observation de soi (mais non égotique).

    Les exercices exigent peu de calories (0,8 à 3 au lieu de 2 à 14 pour les autres activités physiques), s’adressent à tout le monde quel que soit l’âge. Ils sollicitent les articulations, les muscles, les ligaments, les tendons, activent la circulation sanguine, renforcent le système immunitaire, équilibrent le système hormonal, restaurent le sommeil, agissent au niveau du diaphragme, massent les viscères.
    Ils redonnent la souplesse à la colonne vertébrale, pilier central du corps, arbre de vie, indissociable de l’ensemble du corps, et du bon équilibre caractéristique de la santé. La souplesse vertébrale facilite le passage des influx nerveux allant vers ou venant de tout le système organique.

    Le travail postural du dos associé à une respiration profonde, régulière, mesurée, et associé à une bonne hygiène de vie, prévient ou soulage les maux de dos.
  
    Les étirements en début de séance sont une préparation à la pratique de Yogasana. S’étirer en toute conscience, permet de redonner au corps un maximum de rectitude. Au réajustement corporel fait suite la mise en place de la conscience du souffle pour amener progressivement dans le corps et le mental la détente caractéristique de la pratique du Hatha-Yoga.
  
“La posture aide, mais ne guide pas. C’est le mental qui guide, c’est lui qu’il faut contrôler”.

    Les asanas ne sont pas des exercices de force mais agissent par elles-mêmes grâce à l’alternance d’étirement/relâ-chement musculaires. Les muscles nécessaires seulement sont mobilisés tandis que les autres parties du corps sont détendues. La lenteur des mouvements pris en toute conscience (et non mécaniquement) est indispensable à l’efficacité de Yogasana. Chez le débutant, des courbatures sont possibles et normales, car il peut y avoir une mise au travail de muscles longtemps restés inactifs.

    La maladie, la fatigue, le manque de volonté ne doivent pas empêcher de pratiquer puisque c’est justement dans ces conditions que nous en avons le plus besoin.

PRÂNÂYÂMA

     Prâna : souffle Ayam : allonger, retenir, arrêter

Selon Patanjali, “C’est l’admission et l’évacuation contrôlées du souffle dans une posture immobile, stable et agréable.”

    La discipline du souffle est commune à tous les types de Yoga.
    La tradition indienne mesure la durée des postures en cycles respiratoires.
    Un cycle respiratoire comprend trois phases :
- Inspiration (Pûraka), suspension du souffle (kumbhâka), expiration (Rechaka) ou inspiration-expiration-suspension.
    La plupart des postures se réalisent selon ce rythme respiratoire.
La phase immobile de la posture correspond à la phase de rétention du souffle (ou pause) qui ne doit pas être confondue avec un blocage physique.
    La respiration doit être libre, silencieuse, nasale et naturelle. Il est préconisé de ne pas inspirer et expirer au maximum, ce qui aurait pour effet d’entraîner une surtension musculaire, une hypertension sanguine. Il y a immobilité du corps, du souffle, du mental, pendant le simple temps de pause respiratoire, aussi bref soit-il. Le silence intérieur se trouve favorisé également par la conscience et l’écoute des sensations intérieures.
    Lorsque les asanas sont pratiquées avec aisance, le souffle se place naturellement là où il faut. La synchronisation des phases du souffle avec les phases de la posture devient spontanée avec une pratique régulière et amène le pratiquant à une dimension globale du Yoga.

“La pratique du Yoga nous fait prendre conscience de notre corps et nous ouvre la porte de la connaissance de nous-même, sur les plans physiques et psychiques. Le contrôle de notre respiraton est le premier accès à cette porte.”

Retour à la page d'accueil de "Yoga à Bordeaux"